Inspirer la réussite lors de la semaine eweek au collège dawson 2018

Les histoires de réussite nous inspirent tous, mais souvent, le véritable apprentissage se fait lorsqu’il faut se relever d’un échec.

C’est seulement l’apprentissage que nous offrent nos échecs que nous apprenons à atteindre la réussite. Nous entendons souvent dire qu’il est important d’échouer rapidement. La raison est la suivante : un échec commercial peut fournir les fondations d’un concept commercial viable qui peut réussir. Prenons l’exemple de Groupon. Quand les fondateurs ont démarré l’entreprise, c’était un site de médias sociaux nommé le « Point » qui avait été créé comme un moyen d’établir des liens entre les gens pour du militantisme social.

Après de nombreux investissements monétaires dans un concept qui n’allait absolument nulle part, les fondateurs ont été forcés de prendre du recul, de faire le point, de changer de direction et de créer un service de coupons rabais très rentable et couronné de succès que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Groupon. Sans l’échec initial, ces fondateurs n’auraient jamais pu atteindre ce niveau de succès.

« La réussite d’une entreprise en démarrage dépend du concept d’affaires dans une mesure de 5 % et elle dépend de l’exécution dans une proportion de 95 %. » 

– Tim Miller, animateur du groupe de la discussion et organisateur du Dawson’s Den au cours de la semaine EWeek au Collège Dawson

Tim Miller animant le groupe de discussion des conférenciers mardi sur l’heure du diner : « Don’t Wait, Go Get It Now »

Des ateliers donnés durant la semaine EWeek au collège Dawson soulignant l’entrepreneuriat féminin, le démarrage d’entreprises technologiques, les entreprises en arts et culture ont divulgué des tactiques et des leçons apprises, souvent tirées d’échecs, afin d’aider les jeunes entrepreneurs à exercer leurs activités commerciales comme il se doit.

Des messages populaires et répétés au cours de EWeek se sont concentrés sur l’importance de respecter l’environnement et sur la durabilité, l’expérimentation, l’évaluation et le changement à effectuer dans vos démarches de démarrage d’entreprise lorsque nécessaire et, surtout, sur l’importance de bien traiter votre corps en faisant de l’exercice et en mangeant sainement. Aujourd’hui, la qualité de vie des entrepreneurs en démarrage d’entreprise est aussi importante que les revenus.

Combattre le syndrome de l’imposteur

L’entrepreneuriat a tendance à se vivre avec beaucoup de doute envers soi, il y a toujours un autre obstacle à surmonter et la peur d’être démasqué comme étant un imposteur.

En 2015, Sami Grosse rêvait à son concept d’affaires pendant qu’elle participait à la Semaine EWeek et qu’elle prenait part à l’activité de rendez-vous éclairs avec des entrepreneurs pour obtenir des conseils d’entrepreneurs et de mentors, y compris des membres du Small Business Support et du Start-up jeunesse de la CEDEC.

Alors et maintenant : Sami Grosse rencontre la CEDEC en 2015 lors de l’activité de rendez-vous éclair avec un entrepreneur; elle rend la pareille en 2018. 

Craignant ne pas être assez compétente comme entrepreneure en herbe, elle a amené une amie avec elle et les deux se sont présentés aux rendez-vous. Devrait-elle s’asseoir et parler de son concept d’affaires avec quelqu’un? L’idée est-elle assez bonne? Toutes des questions se sont immiscées dans son esprit alors qu’elle amorçait son parcours entrepreneurial.

Aujourd’hui, en 2018, Sami se trouve encore une fois à participer à l’activité de rendez-vous éclair avec un entrepreneur. Cette fois, cependant, elle se trouvait de l’autre côté de la table et elle s’est retrouvée encore fois en proie au syndrome de l’imposteur.

Pourquoi quelqu’un voudrait-il lui parler? Était-elle assez qualifiée pour parler à quelqu’un qui souhaite démarrer une entreprise? Elle ne gagne pas beaucoup d’argent et elle a encore un emploi principal. Elle réalise qu’elle doit s’exprimer, reconnaître sa peur et en parler afin de l’apaiser et de renforcer son assurance.

L’entrepreneuriat social et la durabilité

Des contenants d’eau recyclables et compostables d’un des commanditaires, Flow à la table de service de traiteur sans gaspillage et aux jeunes entrepreneurs qui veulent changer le cours des choses dans le monde, il y a un objectif commun. Il est rare de gagner un revenu à six chiffres, il s’agit plutôt de gagner assez pour vivre et de redonner à la société.

Des dix derniers finalistes du concours de présentation « Dawson’s Den », huit d’entre eux ciblaient un objectif de durabilité. L’équipe gagnante, Arkangel, a produit une application qui permet de reconnaître les symptômes précurseurs de maladies comme le diabète et de déterminer des façons proactives de renverser la vapeur dès le début.

Ne cessez jamais d’apprendre

Il est impossible de ne pas être inspiré et revigoré par la semaine EWeek au Collège Dawson, et cela vaut aussi bien pour l’étudiant, l’entrepreneur en phase de démarrage, le mentor, le conseiller ou le propriétaire d’entreprise expérimenté.

Pour citer une présentatrice lors de la semaine EWeek et aussi la fondatrice de « The Malahai » offrant des accessoires en fourrure de luxe, Nikita Mukhanov : « Ne cessez jamais d’apprendre ». L’apprentissage est le projet de toute une vie et les étudiants renforcent leurs compétences et leurs connaissances pour s’outiller afin de mettre en œuvre leur concept d’affaires avec efficacité.

Avez-vous ce qu’il faut

pour  être un entrepreneur ?

Faites le test