L’avenir économique du Québec relié à la réussite de la transmission d’entreprise

15 mai 2019 | Small Business Support

La transmission d’entreprise représente un défi important pour l’avenir du Québec, que ce soit pour maintenir sa main-d’œuvre dans les régions jusqu’à la sauvegarde d’importants services fournis par des entrepreneurs qui soutiennent la vitalité de la collectivité.

Plusieurs propriétaires de petites et moyennes entreprises (PME) québécoises réfléchissent à fond à leur avenir.

Un nouveau portrait servant de repère offre des aperçus des PME québécoises qui requièrent de l’attention à courte échéance pour assurer une économie dynamique dans l’avenir. Lors du récent Sommet international du repreneuriat, un appel pour promouvoir et augmenter l’attrait d’acheter une entreprise contre celui d’en démarrer une nouvelle.

Lorsque la transmission est réussie, cet acte augmente la stabilité de la main-d’œuvre et la croissance innovatrice par l’entremise d’une transmission planifiée du savoir entre le propriétaire et l’acheteur.

Le Portrait du repreneuriat de PME au Québec en 2017, un nouveau document rendu public lors de sommet, confirme que la transmission d’entreprise augmente et que 23 % de propriétaires majoritaires de PME québécoises interrogés ont indiqué leur intention de transmettre une PME de 2017 à 2022. Ceci représente une augmentation de 5 % depuis 2007 et un total de 8000 entreprises québécoises.

Cette recherche, effectuée par l’Université de Trois-Rivières (UQTR) École de gestion, compare la transmission d’entreprise et l’intention avec celui des PME canadiennes de 2007 à 2017.

Ce rapport affirme qu’en 2017, « près d’une PME sur trois représentait le résultat d’une transmission d’entreprise au Québec, alors qu’au Canada, cette proportion s’élevait à 25 %. De plus, la proportion des PME provenant de transmission d’entreprise a augmenté de 25 % en 2007 à 32 % en 2017 alors qu’il passait de 23 % à 25 % dans le reste du Canada. »

Bien que la confirmation de ces nombres soit importante, préparer les prochains propriétaires d’entreprise et les acheteurs à la réussite ne sera pas une tâche facile puisque des facteurs comme le vieillissement de la main-d’œuvre et la situation de plein emploi accompagné par un manque d’employés spécialisés dans plusieurs secteurs.

Les PME dans les régions rurales, à 44 %, sont les plus actives. Ce qui est important de prendre en notes, c’est qu’il reste beaucoup à faire selon les données de l’étude. Alors que les propriétaires de PME commencent à rêver à leur vie après la vente, le Québec fait face au défi de les préparer à réussir la transmission de leur entreprise.

Ceci nécessite un bon mélange de composantes pour une transmission réussie : la passion, des valeurs communes, la préparation, la planification, du soutien professionnel et du temps.

Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) et ses partenaires (des propriétaires d’entreprise, conseillers, acheteurs éventuels, chercheurs et professionnels) – exercent leur métier pour appuyer des transmissions d’entreprise réussies.

Le troisième Sommet international du repreneuriat annuel tenu à Québec le 8 mai dernier a démontré à quoi ressemble une communauté dynamique en action, offrant aux participants de la formation, des idées et des renseignements au sujet de chaque étape. Des représentants du gouvernement du Québec qui étaient présents lors du sommet ont parlé d’ajouter de la flexibilité au système et d’établir comme priorité du soutien pour la transmission de PME au Québec.