Un sondage révèle une division perçue chez les Québécois envers les perspectives économiques de l’après COVID-19

20 mai 2020 | Communiques

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

MONTRÉAL (QC), le 20 mai 2020 – Selon les résultats d’un récent sondage Léger, 48 % des Québécois anglophones sont optimistes et 46 % sont pessimistes au sujet de leur perspective sur l’économie. Ces résultats ressemblent à l’opinion des Québécois francophones ; 49 % d’entre eux ont exprimé leur optimisme face aux perspectives économiques et 46 %, leur pessimisme.

Ce sondage a été effectué du 1er au 6 mai 2020 pour la Corporation de l’employabilité et du développement économique communautaire (CEDEC), en collaboration avec l’Association d’études canadiennes (AEC) et le Réseau COVID-19 sur les impacts sociaux. Comprenant 694 Québécois anglophones sur un total de 1638 répondants, il offre un aperçu des perspectives économiques selon les Québécois francophones et anglophones dans le contexte de la pandémie du COVID-19.

Effectué du 1er au 6 mai 2020, le sondage comprenait 694 Québécois anglophones sur un total de 1638 répondants. Il offre un aperçu des perspectives économiques selon les Québécois francophones et anglophones dans le contexte de la pandémie du COVID-19.

Particulièrement, les résultats indiquent que les anglophones :

  • s’accordent avec les francophones à l’effet que rouvrir les petites entreprises, les soutenir et retourner les gens au travail devraient occuper la priorité d’une relance économique après la COVID-19. Un plus grand pourcentage d’anglophones a mis l’accent sur l’importance d’assurer la sécurité des travailleurs.
  • sont plus inquiets que les francophones au sujet de leurs capacités à satisfaire leurs obligations financières, respectivement 16 % et 11 % ;
  • se considèrent moins admissibles à la Prestation canadienne d’urgence (PCU) que leurs homologues francophones, soit respectivement 54 % et 49 % ;
  • sont moins à l’aise de retourner dans un milieu de travail après la COVID-19, les anglophones de Montréal étant les moins à l’aise avec un retour en milieu de travail.

 

CITATIONS

« Dans l’ensemble, les résultats du sondage ne sont pas surprenants », soutient John Buck, le président-directeur général de la Corporation de l’employabilité et du développement économique communautaire (CEDEC). « Ils indiquent la vaste étendue des opinions et des attitudes des Québécois envers les perspectives économiques actuelles, ce à quoi il faut s’attendre dans ce contexte de défis économiques sans précédent. »

« Il faut noter », souligne-t-il, « que les Québécois s’accordent pour donner la priorité à la petite entreprise et à la mise en valeur de la main-d’œuvre dans les plans de relance après la COVID-19. De plus, les anglophones souhaitent particulièrement une attention continue sur la sécurité et le soutien du revenu pour ceux qui en ont besoin. »

« Ces constatations nous aideront à continuer de promouvoir le besoin d’un niveau de collaboration sans précédent entre les secteurs public et privé et la société civile, laquelle est essentielle à une relance économique après la COVID-19 », conclut-il.

– 30 –

Source :

Kirsten Hathaway
Agente des communications
514.755.7043
kirsten.hathaway@cedec.ca
www.cedec.ca